Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Menu

Si une augmentation de 44% n’est pas assez, qu’est ce qui l’est? (Lettre au rédacteur du National Post)

(23 août, 2018)

Cher éditeur,

En tant que ministre qui a présenté le projet de loi C-71 à la Chambre des communes, j’estime important de répondre à une chronique sur les armes à feu rédigée par Gary Mauser et Vincent Harinam le 17 août 2018. Ils se demandent pourquoi le gouvernement utilise les statistiques à partir de 2013 pour démontrer l’augmentation de la violence liée aux armes à feu au Canada.

Ils ne critiquent pas avec les statistiques comme telles, qui montrent bel et bien cette tendance négative – juste le calendrier.

Alors, pourquoi avons-nous utilisé 2013 comme première année pour notre analyse statistique? Pour la simple raison que c’était l’année pivot après laquelle la tendance négative est apparue.

Nous avons déjà souligné à plusieurs reprises que les taux de criminalité, en général au Canada, s’amélioraient depuis plusieurs décennies. Mais à partir de 2013, les statistiques spécifiques sur la violence liée aux armes à feu ont commencé à aller dans la mauvaise direction. Et c’est tout l’intérêt.

Selon Statistique Canada, entre 2013 et 2016, les infractions criminelles liées aux armes à feu ont augmenté de près d’un tiers. Des chiffres supplémentaires sont maintenant disponibles pour 2017, montrant une nouvelle détérioration. L’augmentation depuis 2013 est passée à 44%.

L’argument de MM. Maurer et Harinam semble être que ces chiffres sur la violence liée aux armes à feu ne se sont pas détériorés suffisamment vite pour justifier une action législative. On peut se demander quel est alors leur seuil recommandé? Si une augmentation de 44% ne suffit pas, selon eux, quel serait le bon pourcentage (s’il y en a)?

Ils ont ensuite insisté sur la question de la violence des gangs, mais ils ont omis de mentionner que le gouvernement investira 327 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour atteindre 100 millions de dollars par année afin de combattre les gangs. Cela renforcera les capacités de lutte contre la contrebande à la frontière, augmentera les efforts de la police pour lutter contre la traite, appuiera le travail des provinces pour démanteler les gangs et aidera les initiatives locales à prévenir le recrutement.

De plus, grâce au projet de loi C-71, nous augmentons l’efficacité des vérifications des antécédents comme la santé mentale et la violence sexiste, améliorons les procédures de vérification des permis, normalisons les bonnes pratiques commerciales des armes à feu prohibées et prenons en compte des considérations politiques en dehors du système de classification.

Des groupes comme l’Association canadienne des chefs de police appuient fortement notre programme – promouvoir la sécurité publique et aider les enquêtes policières tout en étant juste envers les propriétaires d’armes à feu respectueux des lois.

Ralph Goodale
Ministre de la Sécurité publique du Canada