Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Menu

Protéger notre diversité, ça exige du travail!

Les Canadiens sont énormément fiers du caractère varié, inclusif et généreux de notre pays, d’autant plus que nous célébrons le 150e anniversaire de la Confédération. Sur le plan international, le Canada est souvent applaudi comme la plus belle expression du pluralisme que le monde ait connue.

Cette idée d’ouverture, d’égalité entre individus, et d’équité a servi d’inspiration à la Déclaration canadienne des droits en 1960 et a ouvert la voie à la Charte des droits et libertés en 1982. Au cours des 35 dernières années, la grande majorité des Canadiens ont systématiquement retenu la Charte comme faisant partie fondamentale de ce qui nous définit.

À travers le temps et encore aujourd’hui, des vagues d’immigration de tous les coins du globe, ont enrichi notre pays, de sorte à représenter 95% de notre population. Le multiculturalisme est enchâssé dans notre Constitution, et une province telle la mienne a longtemps embrassé des récits inspirants comme «… from many peoples, strength! » (L’union fait la force!)

La reine Elizabeth avait déjà fait remarquer que les citoyens canadiens, au lieu d’être invités à nier leurs ancêtres ou à abandonner leur héritage, sont plutôt encouragés à valoriser et respecter la liberté culturelle des autres, tout comme ils chérissent chacun la sienne. De même, le premier ministre Justin Trudeau a souvent insisté sur le fait que le Canada est fort non pas malgré nos différences, mais précisément grâce à elles. Même la Ligue canadienne de football a adopté cette notion dans son image de marque!

Mais nous ne pouvons prendre tout cela pour acquis. La sauvegarde de ce patrimoine à caractère inclusif exige une vigilance constante et un travail acharné, car notre passé n’a pas toujours été parfait.

En effet, l’histoire nous rappelle que nous avons connu des échecs tragiques. Pensez à l’internement des Canadiens d’ascendance ukrainienne pendant la Première guerre mondiale et celui des Canadiens d’ascendance japonaise dans la Deuxième guerre mondiale. Pensez à la taxe d’entrée imposée aux immigrants chinois, les Sud-Asiatiques et les Juifs refoulés respectivement sur le Komagata Maru, et le MS St. Louis.

Pensez aux élections provinciales de 1929 en Saskatchewan qui ont porté au pouvoir un gouvernement de droite intolérant avec l’appui populiste pervers du Ku Klux Klan.

Pensez au racisme inhérent aux pensionnats indiens et à plus d’une centaine d’années sans réconciliation. Pensez aux graffitis de suprématie blanche, au vandalisme et la violence dirigés récemment contre des minorités. Pensez à ces trolls des médias sociaux de droite qui tempêtent avec des discours xénophobes contre les nouveaux arrivants et les réfugiés. Pensez à ces six innocents citoyens canadiens abattus en janvier dernier, juste parce qu’ils étaient en réunion de prière dans une mosquée.

Comme je l’ai mentionné, notre passé n’a pas toujours été reluisant. Nous ne pouvons pas nous contenter d’adopter une attitude complaisante ou insouciante.

En tant que Canadiens, nous devons toujours travailler fort afin de bâtir et préserver le pays juste que nous aspirons à être.

Ceci étant dit, nous sommes loin d’être naïfs quand ça vient aux défis que peuvent poser la sécurité nationale.  Nos agences de police, sécurité, du renseignement et des services frontaliers doivent disposer des pouvoirs et des ressources nécessaires pour assurer la sécurité des Canadiens, en plus d’un cadre juridique et constitutionnel clair qui leur permet de fonctionner de manière efficace. Nous avons également besoin de reconnaître clairement que les menaces terroristes ne proviennent pas exclusivement de groupes sauvages et cruels tel que Daesh, Al-Qaeda ou les Taliban, mais aussi des extrémistes de droite, des néonazis et des suprématistes blancs.

Nous devons avoir un cadre de sécurité qui non seulement va de pair avec la sécurité publique, mais surtout qui garantit le contrôle, la transparence et la responsabilisation requis afin de veiller vigoureusement à la protection des droits et libertés des Canadiens et notre mode de vie ouvert, inclusif et démocratique. Plus important encore, il incombe à chacun de nous, de la manière dont nous vivons et traitons les autres, de mettre en pratique les principes qui ont fait du Canada ce qu’il est : un exemple mondial de succès du pluralisme.

Un sens de l’équité et de la justice. Un esprit de générosité. La compassion. La solidarité et le partage. Des cœurs ouverts et des esprits ouverts. Le respect. L’inclusion. La fierté dans notre grande diversité. Voilà ce que nous devons continuer à cultiver !

Nous avons besoin de vivre ensemble; de se tendre la main, de s’écouter mutuellement ; d’aplanir nos divergences ; de s’efforcer à se comprendre et être disposés à agir ensemble les uns avec et pour les autres et ce, non pas parce que nous DEVONS le faire, mais parce que nous VOULONS le faire.

Plus que toute autre chose, le Canada est un exemple du triomphe de l’esprit humain, bâti et maintenu non pas autant par la force des armes ou la force de nos lois, mais surtout par notre volonté commune. Et cette manière de bâtir une société – la recette canadienne- est un processus et un travail sans fin.

Le Canada est aujourd’hui et sera toujours une œuvre d’art à perfectionner, méritant le meilleur que chacun de nous a à offrir.