Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Menu

L’allocation canadienne pour enfants a fait ses preuves!

La semaine dernière, dans sa première déclaration publique comme chef de l’opposition conservatrice, Andrew Scheer a proposé un petit crédit d’impôt non remboursable à l’intention des nouveaux parents qui reçoivent des prestations d’assurance-emploi. Cela rappelait les idées budgétaires inefficaces et discriminatoires qui avaient cours sous le gouvernement Harper.

Le gouvernement Harper a créé un embrouillamini de crédits d’impôt à la pièce, chacun destiné à aider seulement une petite portion de la population canadienne; ils étaient souvent défavorables aux petits salariés. En outre, comme les crédits d’impôt sont accordés une fois l’an, c’est-à-dire pendant le temps des impôts, les avantages qui en découlent se font toujours sentir après coup.

Il en va de même de la dernière suggestion des conservateurs. Le crédit est conçu de manière à exclure les personnes à faible revenu qui ont le plus besoin d’aide –  la plupart des agriculteurs, des petits entrepreneurs et des travailleurs autonomes sont apparemment laissés pour compte. Le crédit profitera une fois l’an alors que les besoins sont mensuels et permanents.

La proposition de M. Scheer est aussi incroyablement timide. Elle n’est rien en comparaison de la nouvelle Allocation canadienne pour enfants que notre gouvernement a instaurée en 2016 et qui est maintenant bonifiée.

L’Allocation résulte de l’amalgame d’un ensemble disparate de programmes destinés aux familles et aux enfants (tous assortis de critères d’admissibilité, de procédures de demande et de traitements fiscaux différents). Nous avons simplifié le tout, y avons ajouté des fonds additionnels, ciblé les prestations en fonction des besoins des familles, cessé les versements aux personnes millionnaires, et exonéré d’impôt tout le train de mesures maintenant payables mensuellement.

Il s’agit de la plus importante innovation dans le domaine des politiques sociales depuis une génération.

L’Allocation canadienne pour enfants prévoit un montant annuel maximum de 6 400 $ par enfant âgé de moins de 6 ans et de 5 400 $ pour chaque enfant âgé de 6 à 17 ans. Ces montants maximums sont payés aux familles ayant un revenu net inférieur à 30 000 $. Les prestations sont réduites pour les familles ayant un revenu plus élevé. À l’avenir, elles seront indexées de manière à préserver le pouvoir d’achat des familles.

Neuf familles sur dix touchent un montant d’allocation mensuel exonéré d’impôt, qui est plus élevé que le montant qu’elles recevraient autrement au titre de l’ensemble des programmes disparates sous Harper. La taille et l’âge des membres des familles diffèrent considérablement, mais la prestation annuelle moyenne versée au titre de l’Allocation est d’environ 6 800 $ par famille, soit environ 2 300 $ en moyenne de plus que ce qui était accordé précédemment.

Qui plus est, l’Allocation canadienne pour enfants permet de sortir de la pauvreté quelque 300 000 enfants.

En plus de soutenir les familles qui ont des enfants, un important objectif social, l’Allocation (tout comme notre réduction d’impôt pour la classe moyenne) stimule également la croissance économique en augmentant le revenu disponible et la demande des consommateurs. Bien qu’on en soit encore à recueillir des statistiques et à les vérifier, on peut dire que l’incidence de l’Allocation est considérable.

Dans ma seule circonscription de Regina—Wascana, l’Allocation canadienne pour enfants aide environ 7 500 familles, incluant plus de 13 000 enfants.  Ensemble, ces familles reçoivent plus de 50 millions de dollars chaque année. Dans toute la Saskatchewan, l’Allocation correspond à près d’un milliard de dollars chaque année en revenu familial et pouvoir de dépenser. Au niveau national, le total est supérieur à 23 milliards de dollars chaque année.

Voilà un changement qui aboutit à une transformation. Cela se passe tous les mois, partout au Canada. Il en ressort des familles plus solides et un Canada meilleur.