Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Ralph Goodale

Votre député de


Regina-Wascana

Menu

Bonnes nouvelles économiques pour célébrer le Canada-150!

Alors que l’ensemble du pays se tourne vers sur les festivités de la semaine prochaine marquant le 150e anniversaire de la Confédération, nous pouvons tous être encouragés de voir que l’économie nationale du Canada présente de véritables signes d’amélioration après une décennie de marasme.

La politique économique du gouvernement du Canada repose sur la conviction que le plus grand problème économique immédiat du Canada a été un taux de croissance global qui est tout simplement trop lent.

Au cours des années 1990 et de la première décennie de ce nouveau siècle,  le Canada a pu compter sur une croissance économique annuelle moyennant 3%. Mais cela s’est éteint en 2008. Et depuis, nous avons vu une maigre croissance, en moyenne environ 1,5% par an.

Ce n’est tout simplement pas assez pour générer les emplois, les revenus et la confiance économique nécessaires pour répondre aux besoins de la classe moyenne du Canada et à tous ceux qui travaillent si fort que pour accéder à la classe moyenne.

Notre politique n’est donc pas un appel à l’austérité. C’est plutôt un ensemble de mesures proactives conçues pour stimuler la croissance, à savoir:

  • Réductions d’impôt de la classe moyenne et une prestation familiale mensuelle plus généreuse pour augmenter les revenus disponibles; plus
  • Investissements dans l’éducation post-secondaire, les compétences, la science, l’innovation, l’infrastructure et le commerce.

Ces priorités fédérales correspondent parfaitement aux besoins et à la démographie de la Saskatchewan. Notre baisse d’impôt pour la classe moyenne, par exemple, aide une majorité de ceux de la Saskatchewan qui paient l’impôt sur le revenu. Notre allocation canadienne pour enfants, ciblée et non imposable, offre beaucoup plus d’argent chaque mois à neuf familles sur 10. Notre soutien accru aux étudiants, aux personnes âgées et aux peuples autochtones vise des segments importants de la population de la Saskatchewan.

Le plan fédéral de croissance invite deux questions clés:

D’abord, est-ce abordable?

La réponse est «oui» parce que le ratio d’endettement fédéral du Canada—c’est-à-dire la taille de notre dette par rapport à celle de notre économie—est actuellement le meilleur dans le G-7 et parmi les meilleurs dans le monde occidental. Depuis le début des années 1990, nous l’avons coupé en deux. Et c’est un indicateur clé de la durabilité économique.

De plus, le ratio d’endettement du Canada devrait rester en bonne forme (essentiellement inchangé), avant de diminuer encore plus.

Notre plan d’investissement fédéral est abordable aussi parce que les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas. Et parce que la croissance générée par nos investissements est une condition préalable absolue au bilan du pays dans les années à venir.

Deuxièmement, le plan fonctionne-t-il?

Les derniers chiffres montrent cet élan.  Plus de 350 000 nouveaux emplois ont été générés au cours des 18 derniers mois, principalement des emplois à temps plein. Plus de personnes rentrent dans le marché du travail à la recherche d’emploi. Et le taux de croissance économique du Canada est de nouveau supérieur à 3% sur une base annualisée.

Ce sont de bonnes nouvelles, mais nous ne pouvons pas être complaisants. Il reste encore beaucoup à faire, en particulier pour soutenir les familles de la classe moyenne et aider ceux qui s’efforcent d’y arriver.

Mais jusqu’ici, ça s’annonce bien. C’est une autre raison d’être optimiste pour le Canada et son avenir.